Nous resterons, pour vivre et mourir, avec les loups-garous | Jean-Michel Durafour (ed. Rouge Profond)

Le lecteur tient entre ses mains un écrit-garou entremêlant la théorie du cinéma et l’analyse des films avec la part vécue qui se rejoue alors, indéfiniment, dans un autre plan de l’expérience, mais aussi avec des réflexions, des aphorismes sur les images, l’homme, l’animal… Le penseur des images n’écrit jamais qu’à partir de l’enfant qu’il a été, parfois du jeune homme. Nous ne sommes rien d’autres que les penseurs des êtres que nous fûmes. Des affects dont nous nous sommes absentés. Nous sommes les théoriciens de la quantité de trahison que nous avons été capables de nous infliger. Ce livre raccorde une théorie du cinéma, un chemin d’écriture sur le cinéma, à une enfance et à un amour perdus, tous deux placés sous le signe des loups et de la mélancolie. La plupart de ces raccords sont brutaux. Ils dessinent moins une iconographie que, de Darwin à Ovide, en passant par la théologie, la littérature ou la philosophie, une ichnographie des métamorphoses, des corps doubles : des doublures et des duplicités. Les loups-garous m’ont accompagné, sous une forme ou une autre, toute ma vie. J’en propose ici une manière de récit intime, illicite, à travers leurs images dans de nombreux films : de George Waggner à John Landis ou Michael Mann, en passant par Terence Fisher, Eugène Green, Jacques Tourneur, Alain Resnais, Philippe Grandrieux, Apichatpong Weerasethakul, Éric Rohmer, Cecil B. DeMille, Wes Craven et bien d’autres.