logo AMU

Vous êtes ici

"LA DENSITE DU VIDE - Le réel et la fiction dans les œuvres transparentes de Robert Rauschenberg et de Gerhard Richter"

In : 
Les limites de l'œuvre

Résumé de l'article "LA DENSITE DU VIDE - Le réel et la fiction dans les œuvres transparentes de Robert Rauschenberg et de Gerhard Richter", Jean Arnaud:
Pendant les années 1960, les artistes critiquent à travers leurs œuvres les normes comportementales que l’image consumériste impose avec une efficacité croissante. Si les démarches de Richard Hamilton, de Raymond Hains et d’Andy Warhol consistent à donner une dimension fictionnelle aux documents qu’ils détournent dans leurs tableaux, des peintres comme Robert Rauschenberg et Gerhard Richter se démarquent, après 1965, de cette esthétique Pop qu’ils ont contribué à créer aux Etats-Unis et en Allemagne. Ils cherchent tous deux à désamorcer l’aliénation médiatique en envisageant le tableau par rapport à l’espace qui le contient, permettant au spectateur d’interagir avec l’image. En installant celle-ci sur des supports transparents ou réflexifs, ils établissent des passerelles entre le caractère privé de la peinture et le caractère public de l’architecture. Ils participent ainsi à l’invention d’une forme d’"archipeinture" qui propose une expérience esthétique à la limite entre fenêtre imaginaire du tableau et fenêtre du bâtiment.

Auteur(s): 
Directeur(s) de l'ouvrage: 
Type de publication: 
Théorie et Pratique des Arts
Revue, Collection: 
Théorie et Pratique des arts
Éditeur: 
PUP
Année : 
2 007
Nbre ou N° pages: 
p. 141-156
n° ISBN: 
978-2-85399-667-9

Site créé par Amélie Rimbaud