logo AMU

Vous êtes ici

politique

Journée d'étude | Du Reconduit, de l'Éconduit

Du Reconduit, de l’Éconduit

Jeudi 9 novembre 2017, de 09h à 18h | à la Cité des arts de la rue, 225 avenue des Aygalades, 13015 Marseille.

Prolégomènes au colloque international qui aura lieu à Beyrouth en décembre 2017 co-organisé par l’Université Libanaise et Aix-Marseille université (LESA EA 32 74) sur le thème  « Combats de la culture, combats pour la culture » 

La Critique, un art de la rencontre

Du 2 novembre au 4 novembre 2016, à Aix-en-Provence (le 2) et Marseille (le 3 & 4), se tiendra le colloque international « La Critique, un art de la rencontre », organisé par Yannick Butel, Arnaud Maïsetti, Gilles Suzanne et Louis Dieuzayde, de l’Université Aix-Marseille (LESA, EA 3274).

Croiser une pensée esthétique de la critique de l’art avec une conception politique de l’art comme critique du monde sera l’objet du colloque. 

Journée d'études | La critique, l'origine d'un geste I

L’origine d’un geste 1

L’enjeu de la critique ne sera pas ici abordé sous le prisme anthropo-historico-sociologique. Nous laissons aux amateurs de monographie le soin d’établir des dictionnaires de la Critique, et aux essentialistes le souci de l’inscrire dans un genre.

Pour autant que nous parlons d’origine, elle ne sera pas le lieu qui détermine un usage, mais un espace de redéploiement – non pas amont, mais appel.

Art, transversalités et questions politiques

Auteur(s): 
Sylvie Coëllier
Louis Dieuzayde

Les arts ne sont plus à l'ère de leur autonomie et interfèrent de nos jours les uns avec les autres ; les synergies imaginées par les avant-gardes s'appliquent désormais dans certaines pratiques, aidées en cela par les nouvelles technologies. Les transversalités franchissent ainsi la spécificité des médiums et font transhumer les définitions et les limites matérielles et symboliques de chaque art, se délivrant aussi bien de leurs techniques d'origine propres que du découpage spatio-temporel dans lequel les disciplines ancraient leur mode d'apparition. Pour Walter Benjamin, briser les barrières de compétences entre les arts avait une fonction politique : solidarité avec d'autres producteurs, exposition analytique de l'histoire, violence dialectique, recomposition et mobilisation des forces du politique. Mais, aujourd'hui, à l'heure de l'art mondialisé, l'extension de ces hybridations épouse-t-elle une dépolitisation caractérisant notre histoire présente ? Ou au contraire, renouvelle-t-elle pertinemment les arts par de nouvelles configurations impures et vitales, inventant un travail politique sous de nouvelles formes ?

Sylvie Coëllier est historienne de l'art contemporain et critique. Elle est professeur à l'université de Provence et dirige le Laboratoire d'Études en Sciences des Arts. Elle a publié de nombreux articles sur la sculpture, la performance, l'art conceptuel. Elle a dirigé deux précédents ouvrages aux PUP, Histoire et esthétique du contact, 2005, et Le montage dans les arts du XXe et XXIe siècles, 2007.

Louis Dieuzayde est maître de conférences en Études théâtrales à l'université de Provence, comédien et metteur en scène. Il a publié plusieurs articles sur Valère Novarina et sur les mutations du théâtre contemporain concernant aussi bien les écritures que le jeu de l'acteur, notamment «Acteur et montage» dans Le Montage dans les arts du XXe et XXIe siècles, 2007 aux PUP, où il a dirigé la publication Le Langage s'entend mais la pensée se voit, en 2006.

Directeur(s) de l'ouvrage: 
Sylvie Coëllier
Louis Dieuzayde
Année : 
2 011

Site créé par Amélie Rimbaud