logo AMU

Vous êtes ici

scène contemporaine

Le verbalisme : langage théâtral et déconstruction

Auteur(s): 
Yannick Butel
Louis Dieuzayde
Arnaud Maïsetti
Gilles Suzanne
Auteur(s) hors LESA: 
Isabelle Babin
Pierre Piret
Alexandra Moreira Silva
Catherine Bouko
Marie-Madeleine Mervant-Roux
Cécile Bosc

Publication PUP | Revue Incertains Regards, Parution 4e trimestre 2013

 

Numéro consacré au verbalisme scénique et à la complexité du langage. Point sur le dérèglement poétique et sonore qui, pour autant qu’il est récurrent aux pratiques du théâtre à travers son histoire, semble s’affirmer davantage ces dernières années.

Ce numéro est accompagné d’une pièce audiophonique, L’espace furieux, de Valère Novarina.

Cette pièce a été créée avec les étudiants de la section Théâtre et a été jouée au Théâtre Antoine Vitez en avril 2013. Voir la page du spectacle

Sommaire du numéro :

  • Préface :

— Le verbalisme sur la scène contemporaine
(Yannick Butel)

  • Dramaturgie | l’enjeu 
    L’Espace furieux de Valère Novarina

— Le théâtre de la chasse à l’homme 
(Louis Dieuzayde)
— Faire lever des figures
(Isabelle Babin)

  • Dossier | la voix est libre

— Fonctions du verbalisme dans le théâtre contemporain
(Pierre Piret)

  • Critiques | lecteurs/spectateurs

— Profanation et désœuvrement : revenir à Artaud
(Alexandra Moreira Silva)
— Artaud, la voix déchue. Pour en finir avec le jugement de dieu
(Arnaud Maïsetti)
— Le théâtre d’Ingrid von Wantoch Rekowski : magnifier la musique et le geste vocal
(Catherine Bouko)
— Torticolis théâtrologique « Cachez ce linguistique que je ne saurais voir » 
(Marie-M.Mervant-Roux)
— Retour sur la double fin du verbalisme. Un à-propos de la poésie concrète, spatiale, séméiotique et sonore 
(Gilles Suzanne)
— La face baroque II : un théâtre de contrebande-son 
(Yannick Butel)

  • Arts de la scène | la librairie

— Le son tabou ou l’utopie pirate. À propos de Les mots et les sons,
un archipel sonore
, François J. Bonnet
(Cécile Bosc)

  • Espace sonore | pièce audiophonique

(enregistrement sur CD inclus dans la revue)
L’Espace furieux (extraits) de Valère Novarina, P.O.L
avec les étudiants de la section théâtre de l’université d’Aix-Marseille
— adaptation et mise en scène : Louis Dieuzayde
— assistanat : M. Charpin, F. Gamard, I. Lorenzi, R. Samperiz
— création sonore : Jean-Noël Beyssier, Benjamin Duprat

Directeur(s) de l'ouvrage: 
Yannick Butel
Année : 
2 013
Axe de recherche: 
Arts, Sociétés, Écritures et dynamiques transméditerranéennes

Écriture contemporaine et dispositifs

Auteur(s): 
Yannick Butel
Louis Dieuzayde
Gilles Suzanne
Auteur(s) hors LESA: 
Franck Bauchard
Julie Valéro
Muriel Plana
Angela Konrad
Christophe Bident
Laura Foy

Publication PUP | Revue Incertains Regards, Parution 1er trimestre 2011

Mutualiser les connaissances et les travaux des chercheurs où qu’ils se trouvent, et créer les conditions d’un dialogue avec tous les acteurs du spectacle vivant...C’est sans doute cette idée qui guida l’équipe de chercheurs en arts de la scène de l’université de Provence, quand ils songèrent à la pertinence d’une nouvelle revue de théâtre. Incertains regards participera ainsi à la réalisation de cette aventure, la poursuivra aussi, et autrement, après que Pierre Voltz, Ursula Meyer et Danielle Bré ont marqué de leurs empreintes l’action théâtrale, notamment à travers la présence du Théâtre Antoine Vitez à l’université de Provence.

En consacrant ce premier numéro à « Écriture contemporaine et dispositif », Incertains Regards entend également prendre part au débat théorique qui anime les arts de la scène, les pratiques contemporaines et leurs nouveaux enjeux. D’une certaine manière, l’occasion de ce premier numéro permet ainsi de revenir et de questionner une postmodernité qui n’en finit pas de nourrir l’espace esthétique et poétique, le jeu de l’acteur et la scénographie, le regard des spectateurs et de la critique... En s’appuyant sur un territoire régional, européen et méditerranéen, chaque numéro rendra ainsi compte d’une pluralité de formes et d’expériences qui contribue à la constitution d’une communauté ; qui entretient également une diversité qui est le reflet d’une création sans cesse en quête de liberté.

De la contribution de Muriel Plana consacrée à « Puissance politique du dispositif dans Maladie ou Femmes modernes d’Elfriede Jelinek », à celle de Christophe Bident « Paysages de plus pour hommes de moins » ; de l’article d’Angela Konrad « Le montage scénique de Paysage sous surveillance ou l’affirmation du théâtre comme hétérotopie » pendant d’une mise en scène qui se tint au Théâtre des Bernardines à Marseille, à celui de Gilles Suzanne « Vous avez dit élémentaire... Agencement poétique et dispositif d’écriture : à propos de la poésie de Julien Blaine » ; du travail de lecture de Laura Foy « Poétique du numérique » à propos d’un essai publié aux éditions de l’Entretemps installées à Montpellier, à l’étude de Franck Bauchard lié à son travail de recherche à la Chartreuse Villeneuve-Lez-Avignon « Du Texte au Théâtre, De la culture de l’imprimé aux environnements numériques », de l’analyse de Julie Valéro à propos du « Tournant de la cabane (Walden), dispositif et installations dans les mises en scène de Jean-François Peyret » familier de l’ERAC, à celle de Yannick Butel qui revient sur l’une des mises en scène de la 64e édition du festival d’Avignon « Papperlapapp de Christophe Marthaler, un dispositif pour les papilles » ou du travail dramaturgique de Louis Dieuzayde « Une nuit arabe : une spectrographie critique du sujet contemporain (Essai dramaturgique) » consacré à Roland Schimmelpfennig... Chaque étude, ici, se saisit d’un motif scénique du paysage contemporain où l’écriture, celle du plateau ou du livre, libère une complexité qui exige d’être interrogée, sondée, et parfois... éclairée.

Et d’ajouter dès lors qu’Incertains Regards : le titre, vaut moins pour l’aveu d’une fragilité que pour le signe d’une conscience scientifique qui mesure qu’en matière de connaissance, la pertinence de la recherche, cet espace d’incertitude, s’établit autant sur la validité des réponses que sur la pertinence des questions.

Enfin, alors que les pratiques théâtrales ont souvent été un enjeu de société, Incertains Regards a souhaité renouer avec une pratique encore trop souvent marginale, et jusqu’à maintenant jamais tenté au sein de l’Alma mater. Chaque numéro sera ainsi accompagné de l’enregistrement d’une pièce audiophonique, réalisé dans le cadre d’un atelier étudiant de la section arts de la scène, à l’université de Provence. Ce travail, après que les éditions de l’Arche ont soutenu cette initiative, a principalement pour visée de permettre au public mal voyant d’avoir accès à des créations et un répertoire contemporains.

Ici sans doute se rejoignent et s’articulent la recherche et le quotidien dont Incertains Regards sera l’expression.

YB

Contributeurs et titres des contributions

  • Louis Dieuzayde, Maître de conférences en études théâtrales à l’université de Provence. « Une nuit arabe : une spectrographie critique du sujet contemporain (Essai dramaturgique) ».
  • Franck Bauchard, Directeur du Centre National des écritures du spectacle de la Chartreuse Villeneuve les Avignons, « Du Texte au Théâtre, De la culture de l’imprimé aux environnements numériques ».
  • Julie Valéro, Docteur en Etudes Théâtrales, Chargé de cours à l’IET de la Sorbonne Paris III, « Le Tournant de la cabane (Walden) : du dispositif et de l’installation chez Jean-François Peyret ».
  • Muriel Plana, Maître de conférences en études théâtrales à l’université de Toulouse, « Puissance politique du dispositif dans Maladie ou Femmes modernes d’Elfriede Jelinek ».
  • Angela Konrad, Maître de conférences en études théâtrales à l’université de Provence, « Le montage scénique de Paysage sous surveillance ou l’affirmation du théâtre comme hétérotopie »
  • Christophe Bident, Professeur d’études théâtrales à l’université d’Amiens, « Paysages de plus pour hommes de moins ».
  • Gilles Suzanne, Maître de conférences en sociologie de l’art à l’université de Provence, « Vous avez dit élémentaire… Agencement poétique et dispositif d’écriture : à propos de la poésie de Julien Blaine ».
  • Yannick Butel, Professeur d’Esthétique et d’études théâtrales à l’université de Provence, « Papperlapp de Christophe Marthaler, un dispositif pour les papilles ».
  • Laura Foy, Doctorante à l’université de Provence, « Pratique et pensée des NTIC : pour un renouveau opérationnel du concept de poétique ».

Pièce Radiophonique.

La revue propose un enregistrement audiophonique et entend ainsi participer à la construction des bibliothèques sonores. Les éditions de l'Arche ont accepté de participer à cet enjeu et ont donné leur accord pour l'enregistrement de : Roland Schimmelpfennig, La Nuit arabe, L’Arche, 2002. Les voix des étudiants de licence 3 de la section « arts de la scène » de l’Université de Provence, : Fabien, Hintenoch, Iris Julienne, Nicolas Rochette, Florian Onnein, Léa Stemmel.

  • Mise en scène et dramaturgie Louis Dieuzayde, Maître de conférence en esthétique théâtrale, université de Provence.
  • Assistanat à la mise en scène Lucile Perrin, étudiante de la section "arts de la scène" (Master professionnel 2) de l'université de Provence.
  • Créateurs sonores Jean-Noël Beyssier Benjamin Duprat
  • Avec le soutien de l'UFR LACS, des Presses Universitaires de Provence et du Théâtre Antoine Vitez
  • Remerciements aux éditions de l'Arche, à Henriette Stoffel, Nicole Mandino, à l'équipe du Théâtre Antoine Vitez et à Jean-Luc Hervé ainsi qu'aux étudiants de l'atelier 21 de l'année 2009-2010.
Directeur(s) de l'ouvrage: 
Yannick Butel
Louis Dieuzayde
Année : 
2 011
Axe de recherche: 
Arts, Sociétés, Écritures et dynamiques transméditerranéennes

Yannick Butel

Professeur
HDR: 
Habilité à Diriger des Recherches

Site créé par Amélie Rimbaud