logo AMU

Vous êtes ici

document/fiction/réel

L'espace feuilleté dans l'Art Moderne et Contemporain

Auteur(s): 
Jean Arnaud

Cet ouvrage définit la figure du « feuilleté » dans divers domaines des arts visuels récents, analysant ses modes d’expression singuliers et ses enjeux culturels. Qu’ils opèrent en milieu transparent ou opaque, les gestes de superposition déterminent différents espaces plastiques feuilletés ; ils relèvent d’une ambivalence anthropologique qui traverse les systèmes de représentation, de l’ancienne dichotomie métaphysique de l’univers (visible / invisible, éternel / éphémère) à l’épreuve concrète d’un objet artistique stratifié ou d’une installation cloisonnée aujourd’hui. Le déficit d’unité ontologique de l’œuvre feuilletée est relayé par sa puissance transformatrice et transfiguratrice, considérablement accrue à l’ère du numérique. Les variétés modernes et contemporaines de feuilletage spatial sont appréhendées par Jean Arnaud à travers des études de cas mises en corrélation. Celles-ci montrent ensemble que par la superposition d’images, d’écrans et de matériaux interférents, l’artiste propose aujourd’hui des espaces critiques singuliers. Il confronte le « spectacteur » à des lieux intermédiaires ; celui-ci effectue ainsi une expérience de l’inconnu et de l’autre, riche de formes inédites, porteuse de tiers et de possibles. Principaux artistes invités : Baldessari, Cragg, Duchamp, Frize, Gauthier, Godard, Gonzalez-Torres, Hains, Hiller, Hyber, Kirkeby, Kuntzel, Lang, LawickMüller, Matta-Clark, Moholy-Nagy, Monnier, Oehlen, Penone, Picabia, Pistoletto, Polke, Pruszkowski, Rauschenberg, Richter, Ruff, Schwitters, Simon, Smithson, Snow, Rejlander, Villeglé, Wool.

Directeur(s) de l'ouvrage: 
Jean Arnaud
Année : 
2 014

L'espace feuilleté dans l'art moderne et contemporain

Résumé: Cet ouvrage définit la figure du « feuilleté » dans divers domaines des arts visuels récents, analysant ses modes d’expression singuliers et ses enjeux culturels. Qu’ils opèrent en milieu transparent ou opaque, les gestes de superposition déterminent différents espaces plastiques feuilletés ; ils relèvent d’une ambivalence anthropologique qui traverse les systèmes de représentation, de l’ancienne dichotomie métaphysique de l’univers (visible / invisible, éternel / éphémère) à l’épreuve concrète d’un objet artistique stratifié ou d’une installation cloisonnée aujourd’hui.

À l'enseigne du réel. Penser le documentaire

Auteur(s): 
Jean-Luc Lioult

À l'heure où fleurissent les formes hybrides de fiction et de non-fiction, où circulent des discours ambivalents qui mêlent suspicion et foi en l'image, il est sans doute nécessaire de reformuler les rapports entre le monde et ses effigies. Cet ouvrage propose des clés pour penser la représentation du réel sous ses divers aspects : question de la mimésis, stratégies signifiantes, narrativité et discursivité, fonction du spectateur, intentions de l'auteur' Il s'appuie sur une large bibliographie, dont de nombreux travaux en langue anglaise peu connus en France, et soumet les concepts à l'épreuve des films et des pratiques effectives. Il prend parti pour une distinction raisonnée entre fiction et documentaire : chacun peut bien emprunter à l'autre, sans pour cela qu'il devienne impossible de les différencier.

Année : 
2 004
Axe de recherche: 
Constructions de l'imaginaire actuel à travers les arts

Site créé par Amélie Rimbaud