logo AMU

Vous êtes ici

Harald Szeemann

Etienne-Martin, Mario Merz : des Demeures et des Igloos. Primitivisme et dimension anthropologique de la sculpture contemporaine

Auteur(s): 
Fabien Faure

Deux grands artistes de cette seconde moitié du 20ème siècle ont, l'un et l'autre, conduit durant plusieurs décennies un projet des plus singuliers. Brouillant les limites communément admises entre la sculpture et l'architecture, chacun d'eux s'est attaché à donner forme à la première et authentique maison : Etienne-Martin est l'auteur de vingt Demeures, Mario Merz d'une soixante d'Igloos. (…) Les Demeures et les Igloos sont en outre étroitement associés à la notion de "mythologie individuelle" rendue célèbre par Harald Szeemann. Pourtant les relations extraordinairement contrastées qu'entretiennent ces œuvres-lieux n'ont jamais été envisagées. Cet ouvrage, conçu comme un livre double, cheminant d'une "maison" à l'autre et, ce faisant, rencontrant les créations et les cultures les plus diverses, voudrait donc combler une lacune.

Année : 
2 000

Mythologies et mythes individuels. À partir de l'art brut

Auteur(s): 
Fabien Faure
Auteur(s) hors LESA: 
Pierre Dhainaut, Geneviève Piot-Mayol, Liliane Meffre, Lise Maurer, Magali Nachtergael, Lucie Goujard, Baptiste Brun, Charles Soubeyran, Maïté Vissault, Fabrice Flahutez

À partir des notions de « mythologie individuelle » et de « mythe individuel », il s'agit d’interroger les caractéristiques prêtées à l’art brut, renouvelées par leur extension ou déplacement dans le champ de la création moderne et contemporaine, ainsi que leur rapport à l’histoire.

Ce qu’on nomme « l’art brut », en incluant ses extensions dans l’Outsider Art, mérite une considération nouvelle. On doit se garder de réifier ou d’essentialiser cette notion : l’art brut, en vérité, est une question. Le point de départ de la recherche se trouve dans l’intitulé « Mythologie individuelle », désignation par Harald Szeemann d’une section de la Dokumenta 5 de Kassel en 1972, réunissant des œuvres d’artistes contemporains dont Étienne-Martin ; dans leur immédiate proximité étaient exposées des œuvres principalement issues du contexte asilaire. C’est ce sens initial qui s’est vu enrichi, déployé et déplacé d’une manière qui rencontre les champs de l’histoire et de la critique de l’art, de la psychanalyse, de l’anthropologie et de la philosophie.

L’objectif général de la démarche est de questionner les déterminations profondes des œuvres : l’histoire, la fable et l’intrigue, selon une orientation susceptible de dialectiser les rapports entre l’individuel et le collectif, entre la structure et l’activité dynamique, entre l’écrit/dessin et l’oral. C’est non seulement la catégorie d’art brut mais le concept d’art, inclus le statut des processus créatifs, qui sont mis à l’épreuve.

• Fabien Faure, ""Toutes les versions appartiennent au mythe" – Étienne-Martin vu par Harald Szeemann" (chapitre introductif, pp. 15-36).

Directeur(s) de l'ouvrage hors LESA: 
Anne Boissière, Christophe Boulanger, Savine Faupin
Année : 
2 014
Axe de recherche: 
Arts, Sociétés, Écritures et dynamiques transméditerranéennes

Site créé par Amélie Rimbaud