logo AMU

Vous êtes ici

mythologie individuelle

Etienne-Martin, Mario Merz : des Demeures et des Igloos. Primitivisme et dimension anthropologique de la sculpture contemporaine

Auteur(s): 
Fabien Faure

Deux grands artistes de cette seconde moitié du 20ème siècle ont, l'un et l'autre, conduit durant plusieurs décennies un projet des plus singuliers. Brouillant les limites communément admises entre la sculpture et l'architecture, chacun d'eux s'est attaché à donner forme à la première et authentique maison : Etienne-Martin est l'auteur de vingt Demeures, Mario Merz d'une soixante d'Igloos. (…) Les Demeures et les Igloos sont en outre étroitement associés à la notion de "mythologie individuelle" rendue célèbre par Harald Szeemann. Pourtant les relations extraordinairement contrastées qu'entretiennent ces œuvres-lieux n'ont jamais été envisagées. Cet ouvrage, conçu comme un livre double, cheminant d'une "maison" à l'autre et, ce faisant, rencontrant les créations et les cultures les plus diverses, voudrait donc combler une lacune.

Année : 
2 000

Étienne-Martin

Auteur(s): 
Fabien Faure

Catalogue d'exposition, Centre d'art de Tanlay, 1er juin-30 sept. 2001.

« Etienne-Martin est l'auteur des Demeures. Plus exactement, il en est l'inventeur. Il ne les a pas simplement imaginées ; il les a véritablement découvertes. Vingt grandes sculptures, des dizaines d'études, de dessins et d'autres réalisations encore qui, tels l'Abécédaire, Le Secrétaire et L'Escalier, accompagnent les premières, reprennent et développent certains de leurs aspects à la manière d'un commentaire plastique, d'un discours second des formes à propos d'autres formes. Une bonne trentaine d'années de travail : bien plus qu'une série, c'est une œuvre dans l'œuvre, un cycle dirait-on s'il s'agissait de littérature ou de poésie. Les matériaux utilisés, les formes produites, les configurations et les espaces élaborés sont des plus divers. Demeures de dissemblance, donc... à première vue seulement, car celles-ci attestent la recréation obstinée d'un unique lieu. L'artiste y brouille les limites communément admises entre la sculpture et l'architecture. De surcroît, il alterne et confond délibérément les gestes et procédures de construction et ceux qui relèvent de l'excavation. "Je suis archéologique", confirme du reste l'inventeur de lieux. Quant à la Demeure inlassablement façonnée et retrouvée, reconstruite et repensée, elle est, intrinsèquement, cela même qui demeure »

• Fabien Faure, « La structure absolue » (pp. 8-18).

 

 

Directeur(s) de l'ouvrage hors LESA: 
Jacques Py
Année : 
2 001

Site créé par Amélie Rimbaud