Skip to content
J’axe mes recherches sur l’étude du documentaire social et engagé et sur les questions liées à la relation entre films, travail et société. je réalise régulièrement des films documentaires de recherche sur le travail.

Solidarity Sculpture

Lien

Thématiques de recherche

Film documentaire sur le travail et réalités sociales

Titre de la thèse

Filmer le travail : Stratégies de recherche et réalisations

Sujet de la thèse

La construction d’un film de commande qui s’inscrit dans le cadre d’une réponse efficace donnée à une entreprise repose en général sur la reproduction des schémas télévisuels classiques et sur l’utilisation de schémas discursifs propres au langage verbal. Cette propension à utiliser l’expression audiovisuelle sur le modèle de l’écrit et à ne se servir de l’image que dans son rôle réducteur, voire trompeur, d’illustration, trouve son origine dans une tradition pédagogique qui ne cesse de nier la spécificité de l’image et du son en tant que moyen d’expression à part entière et autonome. Dans le cas du document de recherche sur le travail, il est particulièrement dommageable de ne mobiliser les spécificités de l’audiovisuel dans un but de compréhension des situations de vie auxquelles sont rattachées les situations laborieuses. Le recours à la nature ‘’assertive’’ d’une image, souvent fragmentée et en partie coupée de son support sonore d’origine, accompagnée d’un discours démonstratif, ne permet pas de placer le spectateur au sein d’une relation dyadique identification/distanciation qui l’amènerait à construire sa propre compréhension de l’objet filmé. Dans ce contexte, le travail filmé risque de perdre son statut d’objet d’analyse pour devenir un prétexte chargé de faire valoir toute sorte d’affirmations et de partis pris. Quelle démarche faut-il adopter pour échapper à un tel détournement, en redonnant à l’image et au son (synchrone) la place de leur spécificité, tout en proposant au spectateur une œuvre ‘’ouverte’’? Sans nier qu’il y a construction à partir du point de vue d’un auteur, on propose ici d’envisager une approche du travail filmé qui, par l’utilisation de la chronique d’activité, associée à une démarche de construction partagée avec les acteurs, bouscule les critères habituels de médiatisation des savoirs et rende le spectateur actif.

Soutenue en

2003

Date de 1ère inscription

1 janvier 1970

Directeur·rice

Marie Claude Taranger

Université d’origine

Université de Provence

Fichiers à télécharger

Mots Clefs

-